Cine7Inne

Cine7Inne

Le cinéma est inné, on naît avec, on vit avec, on meurt avec !


Mad Max : Fury Road (2015), George Miller (II)

Publié par Cine7Inne (Alex*56*) sur 30 Mai 2017, 17:00pm

Catégories : #Critiques de films, #Action, #Science fiction

Mad Max : Fury Road (2015), George Miller (II)

Je reprend les manettes de ce blog que j'avais délaissé depuis maintenant plus de 2 ans. Par manque de temps essentiellement, et partiellement d'envie. 

J'avais donc envie de me relancer dans la rédaction ciné pour partager avec le plus grand nombre cette passion qui nous unie, ce goût du 7e art. 

Mais trêve de bavardage, je me relance après le visionnage d'un de mes BluRay, devenu en peu de temps un classique esthétique et éternel, j'ai nommé MAD MAX : FURY ROAD.

Mad Max : Fury Road (2015), George Miller (II)

Synopsis : Dans un monde ravagé, où les humains tentent de survivre dans d'horribles conditions, Max, un ancien policier, est capturé après une course-poursuite par les soldats d'Immortan Joe, qui règne en tyran sur la région. Parallèlement, Furisoa, une fidèle lieutenante de Joe, prend la fuite en compagnie des jeunes femmes de son harem. S'ensuit une course poursuite effrénée...

Mad Max : Fury Road (2015), George Miller (II)

Reprenant 30 ans après sa saga culte, Miller revisite le mythe Mad Max en incorporant une sensibilité et des thématiques absentes lors des précédents opus. Le Mad Mel insaisissable fait place au Mad Tom muselé mais toujours aussi solitaire. 

Le parti pris féministe du film est aussi un des éléments du film qui bouleverse les codes des anciens films, et même des films contemporains de cette dernière décennie ayant pour axe principal l'action-movie ou dans le cas de Fury Road la science-fiction post-apocalyptique. 

Il suffit d'observer les personnages féminins pour voir que chacune dégage une personnalité propre, rien qu'en regardant les vêtements on peut voir leur différence, l'une plus solitaire et rebelle porte un T-shirt lorsque Splendid vêtue d'un simple soutien-gorge et d'une culotte incarne la beauté parfaite. Elles sont au final toutes unies par ce blanc maculé de la crasse d'Immortan Joe. C'est ces infinis détails apportés dans les costumes et décors qui rendent ce film immersif ! 

Mad Max : Fury Road (2015), George Miller (II)

Juste pour exposer les avis négatifs qui sortent le plus souvent dans la bouche de ceux qui n'ont pas apprécié le film, en respectant bien sûr l'avis de chacun, c'est le "en fait c'est de la course poursuite pendant 2 heures ?". Soit ! 

Mais l'essence même de Mad Max c'est l'intensité, l'adrénaline, le chaos dans cet univers dystopique, et cet ensemble s'est la carcasse dont le moteur est la course poursuite. Tout ceci est magnifié par la réalisation et l'esthétique portés au film. Le travail sur les couleurs, du filtre orange/rouge/jaune au bleu/noir, Miller et Seale rendent la traversée magique. 

Mad Max : Fury Road (2015), George Miller (II)

En bref ce film est dans mon top 5 de cette année 2015, Miller renaît avec ce chef d'oeuvre, car qui se souvient de ses dernières réalisations ? Qui se souvient que Babe, le cochon dans la ville et Happy Feet 2 était l'oeuvre du papa de Mad ? Très peu de monde je pense, et c'est pas plus mal ! 

J'était resté très mitigé après Le Dôme du Tonnerre, mais Fury Road comble mes déceptions antérieures ! 

Il me reste plus qu'à visionner l'édition Black & Chrome

Masterpiece ! 

 

18/20

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Culture Geek 08/06/2017 13:00

Le retour ! Très bon article, avec un excellent choix de film à chroniquer. Hâte de voir la suite.
Florent, qui te suivait avec Mina.

julie 01/06/2017 13:32

Il est simplement dommage qu'on ne s'intéresse aujourd'hui qu'aux effets spéciaux (c’est-à-dire à l'esbroufe) à ce point que le vide scénaristique de ce film deviendrait secondaire. Désolé, mais moi je veux une histoire qui m'intéresse, ce n'est pas le cas ici, je veux des personnages qui ressemble à des personnages, ce n'est pas le cas ici. Ce genre de film n'est qu'une démonstration sans âme.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents