Cine7Inne

Cine7Inne

Le cinéma est inné, on naît avec, on vit avec, on meurt avec !


Foxcatcher (2015), Bennett Miller

Publié par Cine7Inne (Alex*56*) sur 23 Janvier 2015, 22:25pm

Catégories : #Critiques de films, #Drame, #Biopic

Mon premier film vu au cinéma cette année sera donc ce Foxcatcher de Bennett Miller, un réalisateur discret mais qui met beaucoup de soin à la réalisation de ses films, la pression des gros studios Hollywoodien ne semble donc pas le titiller pour l'instant.

Pour revenir à ce qui m'a attiré dans cette salle obscure il faut revenir à la bande annonce et à la surprise de voir un Steve Carell métamorphosé, tant physiquement que dans son rôle de composition ! Et puis la mise sous tension que laissait présager la bande annonce exerçait une force assez grande pour que je me déplace et signe ma première critique sur un film "2015" ici, me sortant donc de la torpeur dans laquelle j'étais depuis un moment, une torpeur au sens cinématographique bien sûr !

Les critiques étant majoritairement élogieuses j'ai donc acheté mon premier ticket marqué d'une belle promotion pour un Fast Food sentant le poulet...

Foxcatcher (2015), Bennett Miller

Synopsis :

Inspiré d’une histoire vraie, Foxcatcher raconte l’histoire tragique et fascinante de la relation improbable entre un milliardaire excentrique et deux champions de lutte.

Lorsque le médaillé d’or olympique Mark Schultz est invité par le riche héritier John du Pont à emménager dans sa magnifique propriété familiale pour aider à mettre en place un camp d’entraînement haut de gamme, dans l’optique des JO de Séoul de 1988, Schultz saute sur l’occasion : il espère pouvoir concentrer toute son attention sur son entraînement et ne plus souffrir d’être constamment éclipsé par son frère, Dave. Obnubilé par d’obscurs besoins, du Pont entend bien profiter de son soutien à Schultz et de son opportunité de « coacher » des lutteurs de réputation mondiale pour obtenir – enfin – le respect de ses pairs et, surtout, de sa mère qui le juge très durement.

Flatté d’être l’objet de tant d’attentions de la part de du Pont, et ébloui par l’opulence de son monde, Mark voit chez son bienfaiteur un père de substitution, dont il recherche constamment l’approbation. S’il se montre d’abord encourageant, du Pont, profondément cyclothymique, change d’attitude et pousse Mark à adopter des habitudes malsaines qui risquent de nuire à son entraînement. Le comportement excentrique du milliardaire et son goût pour la manipulation ne tardent pas à entamer la confiance en soi du sportif, déjà fragile. Entretemps, du Pont s’intéresse de plus en plus à Dave, qui dégage une assurance dont manquent lui et Mark, et il est bien conscient qu’il s’agit d’une qualité que même sa fortune ne saurait acheter.

Entre la paranoïa croissante de du Pont et son éloignement des deux frères, les trois hommes semblent se précipiter vers une fin tragique que personne n’aurait pu prévoir…

Foxcatcher (2015), Bennett Miller

Derrière la transformation physique de Steve Carell en John du Pont, ponte milliardaire américain dont la famille a fait fortune grâce à l'industrie de l'armement, il y a une préstation mesurée et soignée qui oscille entre sérénité d'esprit et soif irréaliste de possession. C'est ce personnage qui lie tout les autres, une sorte de pilier sur lequel on ne peut malheureusement pas s'appuyer, un triste paradoxe qui donne justement un intérêt au film et à l'adaptation de cette histoire vraie, il nous faut du sordide pour nous captiver n'est-ce pas ? Les faits divers passionnent les Hommes, incitants à nous poser des questions sur le pourquoi du comment, la façon dont "ceci" a put arriver, et la note finale tant attendue d'une épopée marquée par le seau d'un destin tragique ? C'est donc dans cela que vous allez puisser votre curiosité ici !

Foxcatcher (2015), Bennett Miller

Malgré tout le scénario reste un peu terne, la faute à un rythme assez lent qui gâche la partie émotionnelle du film, la ou "Million Dollar Baby" a réussi à instauré des liens forts entre les protagonistes, des liens capables de nous émouvoir lors de la partition finale. Je ne peux pas m'empêcher de comparer ces deux films personnellement, on y retrouve des points semblables comme les rapports coach/sportif, l'objectif d'être le meilleur dans sa catégorie sportive, l'entrainement omniprésent durant le film, et puis.. le sport quoi !

On frôle parfois l'état végétatif, mais les rebondissements, pas très nombreux au demeurant, arrivent à point nommé pour raviver notre attention sur le court de l'histoire.

Foxcatcher (2015), Bennett Miller

En parlant de la prestation de Steve Carell plus haut, je suis obligé de mentionner celles de Channing Tatum et Mark Ruffalo, ce dernier étant pour moi le meilleur du film ! Et pourtant ce n'est pas le plus "atteint" psychologiquement parlant dans la trame de l'histoire, là ou le personnage de Tatum semble simplet avec un complexe d'infériorité par rapport à son frère, et une posture de chien battu le dos voûté et la tête basse, l’œil presque vitreux cherchant le réconfort affectif d'un homme qui lui promettait un cocon paternel. Le personnage de Carell c'est pareil, j'ai un peu parlé de sa psychologie particulière plus haut, mais sa pathologie psychique ne s'arrête pas à ça. Je ne vais pas trop en dévoiler, mais le manque de considération causé par sa mère auront raison de l'affection qu'il portera aux autres.

L'histoire du film a beau être basée sur une histoire vraie ce n'est pas une raison pour spoiler. Je ne connaissais même pas cette histoire en plus, comme la majorité des gens je pense, sûrement plus connue sur le sol américain. En même temps la lutte n'est pas un sport très populaire, je ne l'apprécie pas tant que ça non plus pour la décharge du film.

Foxcatcher (2015), Bennett Miller

Par contre la reconstitution et la ressemblance entre les acteurs et les véritables hommes ayant crées l'histoire est bluffante, j'ai visionné quelques images après coup et c'est du traits pour traits quasiment. Les acteurs ont donc bien été choisis, autant physiquement que dans leur interprétations remarquables.

Et cette histoire ne semblait menée nul part, un simple parcours sportif jonché d’entraînements glorifiant le dur labeur d'un futur champion en devenir, mais la mise en scène de Bennett Miller est astucieuse pour venir nous cueillir dans un final redorant le blason de ce Foxcatcher. Un dénouement surprenant qui change du tout au tout le rythme ambiant, ça tranche bien avec la musique lancinante qui le précédait, créant des pauses pour accentuer les émotions des protagonistes, ces pauses étant souvent attribuées à John du Pont, comme celle dans l'écurie (comprendront ceux qui ont vu le film).

En bref ce biopic fait partie des bonnes surprises de ce début d'année, mais notre (en tout cas "mon") désintérêt pour la Lutte, ce sport millénaire, vient nous embourber dans un rythme presque ennuyeux mais ponctué d'une mise en scène et d'un final explosif ! Mais la principale attraction de Foxcatcher est son trio d'acteurs remarquables, avec un Steve Carell à contre emploi qui nous livre une de ses plus impressionnantes performances ! Mark Ruffalo m'a également bluffé, c'est d'une justesse incroyable et il arrive à insuffler à son personnage une empathie plus que bienvenue. Tatum arrive également à tirer son épingle du jeu. 

Malgré tout le film manque d'une émotion pure et d'un scénario plus palpitant. Tout ça sous la houlette de Bennett Miller, un réalisteur très prometteur !

 

 

 

Des acteurs habités ! : 14,5/20

Commenter cet article

Mina 26/01/2015 19:09

Bonsoir Alex, je viens faire un petit tour sur ton blog et je te remercie pour ta critique. Tout d'abord, je voulais te féliciter pour ton phrasé excellent : un avis fouillé et très bien argumenté. Je ne savais pas si je devais aller le voir, n'aimant pas le sujet ni Steve Carell et Channing Tatum (seul, Mark Ruffalo trouvait mon intérêt. C'est un très bon comédien et tes compliments envers son interprétation ne m'étonnent pas) mais au vu de ton ressenti, j'attendrai un visionnage sur canal +. En ce début d'année, je n'ai pas encore pu aller au cinéma (Bond a vu seulement deux films dont un, vraiment déçu " Captives" ) et je t'avoue que pour l'instant, il n'y a pas grand-chose qui me tente. J'attends patiemment les mois à venir : avec Birdman, Inhérent Vice, le film de Gosling et celui de Crowe ((curiosité), le Malick. Très bonne fin de soirée et encre bravo pour ta critique :)

Cine7Inne (Alex*56*) 26/01/2015 20:09

Merci Mina ^^ Oui je pense que tu peux attendre une diffusion sur canal pour Foxcatcher, et pour moi ils va y avoir pleins de films intéressants dans les semaines à venir, presque chaque semaine d'ailleurs. Imitation Game, peut être Into the wood mais je pense pas, Jupiter Ascending, Les Nouveaux héros si la critique est positive, American Sniper obligé, peut être Kingsman, Birdman !!, Inhérent Vice et surement Chapie, Big Eyes et Hacker à voir. Voila pour les 2 prochains mois ^^ Donc je vais me remettre à la critique intensive dans peu de temps :) A bientôt Mina !

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents