Cine7Inne

Cine7Inne

Le cinéma est inné, on naît avec, on vit avec, on meurt avec !


Snowpiercer, Le Transperceneige (2013), Joon-ho Bong

Publié par Cine7Inne (Alex*56*) sur 26 Avril 2014, 10:52am

Catégories : #Critiques de films, #Drame, #Science fiction

Bon, ça faisait bien longtemps que je voulais voir ce film. Attiré par les critiques majoritairement positives de l’œuvre de Joon-ho Bong, et chose assez rare, les critiques presses ont mieux notées ce long-métrage que les spectateurs. Une raison de plus pour s'y précipiter, et je n'ai pas été déçus du résultat, au contraire, c'était excellent....

La dictature oppressant les "queutards"

La dictature oppressant les "queutards"

Synopsis : 2031. Une nouvelle ère glaciaire. Les derniers survivants ont pris place à bord du Snowpiercer, un train gigantesque condamné à tourner autour de la Terre sans jamais s’arrêter. Dans ce microcosme futuriste de métal fendant la glace, s’est recréée une hiérarchie des classes contre laquelle une poignée d’hommes entraînés par l’un d’eux tente de lutter. Car l’être humain ne changera jamais…

Chris Evans et Song Kang-Ho. Jamie Bell en arrière plan.

Chris Evans et Song Kang-Ho. Jamie Bell en arrière plan.

Ce film est interdit au moins de 12 ans chez nous en France. Dût à la violence physique très pressante, mais c'est plus une violence suggérée, ou plutôt dissimulée dans le sens ou on ne voit pas vraiment des haches ce planter réellement dans la chair, on voit surtout les mouvements et le sang qui gicle.

Snowpiercer, Le Transperceneige (2013), Joon-ho Bong

Joon-ho Bong apporte à ce film la touche asiatique, et plus précisément sud-coréenne que j'aime particulièrement. En apportant avec lui l'excellent Song Kang-Ho qui marque là leurs troisième collaboration après The Host et Memories of Murder. Et en parlant du casting, ce dernier est vraiment bien choisis, avec un Chris Evans à contre emploi de son rôle de Captain America, finit la coupe de cheveu soyeuse et le jolie costume repassé par Black Widow, place au chef de rébellion, et ou il se révèle très crédible. D'ailleurs tout le reste du casting est très bon, des rôles secondaires bien écrient et intéressants, j'ai bien aimé le côté badass de certains personnages, comme Grey par exemple.

Grey et Gilliam

Grey et Gilliam

Le scénario n'est pas en reste, dût à son adaptation de la B.D "Le Transperceneige" de Jean-Marc Rochette, l'histoire renouvelle un peut le genre de la science-fiction, avec un thème principal portant sur les classes sociales, la dictature et tout ce qui va avec cette dernière, comme le désire ardent du pouvoir ! La mise en scène est géniale, la photographie tout simplement magnifique, et ce presque huis clos (car on ne s'y croirait pas avec tout ces changements de décors) nous fascine avec ce brusque changement d'ambiance de wagon en wagon, on passe de la froideur claustrophobe du fond de train, à la chaleur corporelle de la boite de nuit et des saunas ! C'est aussi un changement brusque de rang social. Par contre il y a deux trois scènes ou les dialogues étaient plutôt risibles, celles entre le "héros" et son "bras droit", ou celles avec son "mentor".

Bande Dessinée "Le Transperceneige" de Jean-Marc Rochette dont le film est adapté

Bande Dessinée "Le Transperceneige" de Jean-Marc Rochette dont le film est adapté

La psychologie finale est plutôt prenante, avec un Ed Harris en maitre à penser persuasif. Et d'ailleurs, la fin est difficile à deviner, surtout au début, ou d'autres films suintaient le prévisible à 10 000 kilomètres. Joon-ho Bong à la réalisation, Park Chan-wook(!) à la production et Song Kang-Ho devant la caméra, ce trio sud-coréen nous donne du rêve, et on le saisi avec plaisir!

En bref un film porté par d'excellents acteurs, avec une photographie magnifique et un scénario adapté de la B.D du même nom qui nous captive et casse les codes de la SF. Un trio sud-coréen aux manettes d'un excellent film.

Film au style unique : 4,5/5

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents